JPM a un avis sur tout - Actualité

Actualité

PontMercredi 30 novembre 2005

Vous saviez sans doute (et si vous ne le saviez pas, ceci vous l’apprend) qu’on va construire à Paris un trente-septième pont, entre cette Bibliothèque nationale dont le nom m’échappe et le Parc de Bercy. Restait à le baptiser.

Pour la première fois, on a choisi un nom de femme : Simone de Beauvoir. « Le Figaroscope » affirme que Bertrand Delanoë a fait ce choix « parce que l’ouvrage léger et aux formes arrondies s’y prêtait volontiers ».

C’est ben vrai, ça ! Quand on pense à quelque chose de léger et aux formes arrondies, le nom de Simone de Beauvoir vient tout de suite à l’esprit !

Tour de cochonDimanche 15 janvier 2006

Une association alsacienne légèrement inspirée par l’extrême droite (Le Pen fait ses meilleurs scores dans cette région) avait pris l’initiative de servir une soupe populaire, mais en y mêlant de la viande de porc. Moyennant quoi, le préfet du coin a interdit la distribution.

Voilà un préfet bien zélé. Mais qui risque fort, si ladite association porte l’affaire devant le tribunal administratif ou le Conseil d’État, de voir cassée sa décision.

Offrir de la viande de porc à qui en veut, en effet, ne tombe pas sous le coup de la loi et ne trouble en rien l’ordre public, donc un préfet ne peut interdire un tel acte, tout hypocrite que soit le motif réel qui inspire cet acte de « charité » : exclure les pauvres qui ont cette tare d’être musulmans ou juifs.

En fait, tout acte de charité est sélectif, et les collectes faites par les divers cultes et associations dites « caritatives » (drôle de mot !) ont presque toujours un but précis et une bénéficiaire désigné d’avance. Offrir de la viande de porc à ceux qu’elle ne rebute pas, ce n’est pas en priver les autres.

On serait curieux de lire les attendus de la décision du préfet...

« Race »Mardi 7 février 2006

Des associations musulmanes ont demandé l’interdiction d’un journal qui reproduit demain des dessins satiriques (vieux de quatre mois !) caricaturant le prophète auto-proclamé Mohammed, dit Mahomet. Elles se plaignent de « racisme » et de « xénophobie ».

Nous apprenons avec intérêt que l’islam est à la fois une race et une nationalité.

SurbookingMrecredi 26 juillet 2006

France Inter nous informe aujourd’hui que les compagnies aériennes sont maintenant autorisées à pratiquer le surbooking (escroquerie consistant à vendre plus de billets d’avion que l’appareil contient de places !), mais qu’elles doivent indemniser immédiatement les voyageurs qui restent en rade quand il n’y a pas eu suffisamment de défections. L’État légalisant l’escroquerie, on est heureux d’avoir vécu assez longtemps pour voir ça !

Si cette histoire d’indemnisation immédiate est vraie, alors les choses ont bien changé. J’ai été deux fois victime de cette pratique, à l’époque illégale, de la part de la compagnie Air Afrique, et au départ d’Abidjan. La première fois, voyant l’afflux de voyageurs et prévoyant les protestations de ses clients, le chef d’escale était courageusement... rentré chez lui, laissant ses employés des guichets d’enregistrement se démerder seuls. On nous avait logé dans un hôtel, à minuit passé, et il avait fallu se lever à cinq heures du matin pour prendre un autre avion. Pour toute compensation, la compagnie fautive avait accordé un « reclassement », l’autorisation de voyager en première au prochain voyage. Encore fallait-il prévoir un autre voyage avec la même compagnie !

La seconde fois, Air Afrique avait tout simplement supprimé un vol, et, comme le vol supprimé aurait dû avoir lieu un dimanche matin, ses bureaux de l’aéroport étaient fermés ! De mieux en mieux, donc. J’avais dû, cette fois, me débrouiller seul pour trouver un autre avion. Indemnité ? Pas d’indemnité, car la compagnie a prétendu avoir prévenu ses clients par télégramme. Par télégramme, en Afrique noire, où n’existe ni facteur ni petit télégraphiste (quand il vous arrivait un télégramme, la Poste le déposait dans votre boîte postale, et vous le trouviez si vous alliez chercher votre courrier). D’ailleurs, le fameux télégramme n’a jamais existé, en fait, et ma boîte postale est restée vide.

Les journaux de ce temps, par exemple « Le Canard Enchaîné », prétendaient qu’un client ainsi laissé en rade pouvait traîner en justice la compagnie aérienne, et que le tribunal lui donnait systématiquement raison. Toujours bien renseignés, les journaux, car c’était faux ! J’ai essayé de porter plainte, mais le procureur a classé ma plainte « sans suite ». Pour être indemnisé, il fallait se constituer partie civile, donc prendre un avocat, donc se ruiner tout en étant dans son droit. Pas étonnant si tous les voyageurs lésés abandonnent...

Le pot de terre contre le pot de fer, vous connaissez ?

Vie privée ? Dimanche 13 août 2006

Peut-on violer la vie privée du chef de l’État ? Je réponds énergiquement : ça dépend ! Dans le cas de Chirac, lequel en est d’ailleurs conscient et ne poursuit pas les échotiers (quoique il ait fait interdire un blog qui racontait de façon drôlatique et spirituelle les conseils des ministres, et dont certains commentaires étaient justement signés par un de mes homonymes), il n’y a plus lieu de prétendre protéger sa vie privée quand on s’exhibe le dimanche matin à la messe, à Bormes-les-Mimosas, en compagnie d’une épouse qui joue les courants d’air et n’est venue de Paris que pour cela ; alors qu’à Paris, il ne va jamais à la messe. C’est de la com’, rien de plus.

Et je rappelle que quelqu’un a fait pire dans le viol de la vie privée de Chirac : une certaine... Bernadette Chirac ! Elle a écrit un livre dans lequel elle raconte que son époux la trompait à tour de bras, si j’ose dire, qu’elle avait du mal à le supporter, et qu’elle avait failli le quitter. Mieux, elle s’est répandue dans tous les studios de télévision pour faire la promo du bouquin. Si ce n’est pas de la littérature de caniveau...

Les deux Bill et la pauvret Mardi 15 août 2006 é

C’est le 15 août, donc l’actualité française est creuse, et les journaux radiodiffusés ne savent plus quoi raconter, surtout avec la paix qui menace au Liban. Ainsi, pour combler les trous entre deux dépêches d’agence, on nous rapporte que Bill Clinton et Bill Gates se sont associés dans la lutte contre le sida, en passe de faire de l’Afrique un vaste cimetière, moins mythique, hélas, que celui des éléphants.

Il paraît que « les deux Bill », comme disent les journaleux, ont découvert qu’il fallait d’abord s’attaquer à la pauvreté. Sans blague ? Ils sont géniaux. Mais, à mon avis, ils n’ont pas mis tous les atouts dans leur manche. Ils devraient s’assurer le concours de Chirac, célèbre homme de gauche.

DiffamationJeudi 21 septembre 2006

Plusieurs associations avaient porté plainte contre « Charlie-Hebdo », qui avait publié les caricatures du prétendu prophète Mohammed, parues dans un journal danois. Elles viennent d'être déboutées par le tribunal. La loi est opportunément rappelée : une plainte pour diffamation ne peut être déposée que par « la personne injuriée ou diffamée ». Il est par conséquent impossible de difffamer un mort ou un personnage légendaire.

On va pouvoir se moquer de Jésus, et même de sa mère !

Logo avis sur tout

Sites associés : Kinopoivre (critiques de films)Yves-André Samère blogue et déblogue

Dernière mise à jour de cette page le dimanche 11 mai 2008.