> JPM a un avis sur tout - L'évolution du dogme de Marie

JPM a un avis sur tout – L’évolution du dogme de Marie

L’évolution du dogme de Marie

Le personnage de Marie, mère de Jésus, tel qu’il apparaît aujourd’hui dans l’imagerie populaire, est le fruit de vingt siècles d’élaboration par l’Église catholique.

Les données

Les premiers textes chrétiens ne fournissent sur elle que des données infimes, vagues, parfois contradictoires. Les quatorze Épîtres de saint Paul, qui vécut entre -2 et 66, ne la mentionnent pas. Les quatre Évangiles canoniques, écrits probablement entre 98 et 145, ne la citent que dans quelques versets ; Marc, notamment, ne la met jamais en scène, il y fait seulement allusion de manière indirecte. Les deux généalogies de Jésus, celle de Luc et celle de Matthieu, qui d’ailleurs se contredisent mutuellement, aboutissent non à Marie, mais à Joseph, « descendant du roi David » : elles voulaient « prouver » que Jésus était de famille royale, thèse qui s’oppose à la fois au dogme de Jésus, « fils de Dieu », et à celui de sa conception « par l’opération du Saint-Esprit ».

La Marie des Évangiles canoniques ne croit guère à la mission de Jésus, lequel se montre d’ailleurs distant et même hautain avec elle. C’est ainsi que, dans l’épisode des noces de Cana, il est franchement désobligeant à son égard : « Femme, qu’y a-t-il de commun entre toi et moi ? », lui lance-t-il (Jean, II, 4). Et, quand quelqu’un lui dit que sa mère et ses frères sont dehors et veulent lui parler, il répond : « Qui est ma mère, qui sont mes frères ? », et, désignant ses disciples : « Voici ma mère et mes frères ! »

Croyant qu’il a « l’esprit dérangé », elle veut d’ailleurs l’arracher à ceux qui l’écoutent.

Les Évangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) ne mentionnent pas sa présence – d’ailleurs invraisemblable puisque les Romains interdisaient qu’on s’approchât du lieu de supplice – au pied de la croix ; cette scène n’est suggérée que par Jean, en deux mots dans le texte latin : « Stabat mater ».

Les frères et sœurs de Jésus

Les quatre Évangiles et les Actes des Apôtres mentionnent que Jésus avait des frères et des sœurs, et donnent le nom des frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude, sans nommer les sœurs ni même préciser combien elles étaient. Voir Matthieu, XII, 46-47, XIII, 55-56 ; Marc, III, 32 et VI, 3 ; Luc, VIII, 19-21 ; Jean, VII, 3, 5 et 10 ; Actes, I, 14. Ce point, qui gêne considérablement l’Église, peut recevoir plusieurs interprétations :

- PREMIÈRE INTERPRÉTATION : Jésus, fils de Dieu, ne peut avoir ni frères ni sœurs : ce point de vue, qui semble contredit par le texte même des Évangiles et des Actes des Apôtres, doit recevoir une explication, que fournira saint Jérôme (voir plus loin).

- DEUXIÈME INTERPRÉTATION : Joseph et Marie ont conçu Jésus comme tout le monde, et ont eu d’autres enfants. Marie n’est pas restée vierge. À l’appui de cette thèse, on trouve le propos de l’évangéliste Matthieu, qui remarque que Joseph n’eut pas de rapports sexuels avec Marie jusqu’à la naissance de l’enfant, ce qui sous-entend qu’il en eut après. Matthieu avait affirmé que Marie était vierge, en lui appliquant, pour renforcer le mythe, une citation du prophète Isaïe prise dans l’Ancien Testament : « Voici que la vierge enfantera ». Mais la citation serait inexacte, car le mot hébreu alma employé par Isaïe, et qui signifie « jeune fille » ou « fille jeune », aurait été traduit à tort, dans le texte grec où Matthieu prit la citation, par le mot parthenos ; alors que, si Isaïe avait voulu parler d’une « vierge », il aurait dit bathoula, et non pas alma. Remarquons que Matthieu est le seul évangéliste qui raconte que Marie et Joseph étaient mariés : Luc dit qu’ils étaient fiancés, Marc et Jean n’évoquent ni la naissance ni l’enfance de Jésus.

- TROISIÈME INTERPRÉTATION : Joseph avait déjà été marié et avait eu six enfants, qui sont ainsi les demi-frères et demi-sœurs de Jésus. Cette interprétation ressort des apocryphes L’Histoire de Joseph le charpentier (texte écrit seulement au quatrième siècle, réservé à une diffusion en Égypte, et qui prétend que Joseph ne serait mort qu’à l’âge de cent onze ans) et le Protévangile de Jacques : Marie, consacrée très jeune au temple de Jérusalem par sa famille, puis devenue orpheline, aurait été confiée à l’âge de douze ans à Joseph, prêtre du temple de Jérusalem et charpentier, déjà âgé de quatre-vingt-dix ans et veuf depuis une quarantaine d’années, par le Conseil des prêtres du temple. Le mariage qu’ils ordonnaient devait rester « blanc », ce que l’âge avancé de Joseph garantissait. Or, il advint que Joseph dut s’absenter plusieurs mois, laissant Marie à la garde des enfants qu’il avait déjà, et qui étaient tous adultes : ses filles Lydia et Lysia, et ses fils, Judas, Juste, Simon et Jacques (notons la différence de prénom avec les Évangiles canoniques : Juste au lieu de Joseph, Judas au lieu de Jude). À son retour, il aurait trouvé Marie enceinte, probablement d’un de ses propres fils. Joseph serait ainsi, non le père, mais le grand-père de Jésus. Il est évident que cette thèse n’a pas l’agrément de l’Église catholique...

L’hypothèse, parfaitement arbitraire, mais conforme à ce que l’Église préférait offrir aux fidèles, selon laquelle ces frères et sœurs étaient des cousins et cousines, est due à saint Jérôme (331-420) : il avait trouvé, dans Jean, XIX, 25, une Marie de Cléophas (ou de Clopas), présente au pied de la croix, et que Jean prétend sœur homonyme de Marie – alors que jamais il n’a été question de cette prétendue sœur, ni avant ni après, dans aucun texte. Jérôme lui attribua lesdits enfants sans le moindre scrupule ni la moindre justification. L’Église s’empressa d’adopter cette hypothèse, pourtant contredite par le texte grec de référence (adelphos signifiant « frère » sans aucune ambiguïté, et en aucun cas « cousin »). Saint Jérôme alla plus loin, proclamant que « le Christ, lui-même resté vierge, est issu d’un mariage de vierges ». Or, on ne voit pas pourquoi, sinon Jésus, du moins Joseph serait resté vierge : dans le monde juif, l’ignorance de la femme, pour un garçon, est une sorte de malédiction sociale.

La « vierge » Marie

L’apparition de l’ange Gabriel à Marie, pour l’Annonciation, n’est mentionnée que dans Luc, qui écrivait en 120 ; celle de l’ange (anonyme) à Joseph n’est rapportée que par Matthieu, qui écrivait vers 145. Mais ils ne disent pas que cette intervention est la cause de la grossesse de Marie : il ne s’agit que d’une annonce, et l’annonce d’une grossesse naturelle – non pas miraculeuse. D’ailleurs, Jean confirme que Jésus est bien le fils de Joseph (I, 45 et VI, 42). Mais on inséra, semble-t-il, dans Luc, I, 34-35, un petit dialogue entre Marie et l’ange, annonçant une grossesse miraculeuse.

D’ailleurs, l’apôtre Paul, pourtant obsédé par la sexualité et farouche défenseur de la virginité, ne tire jamais argument de celle, supposée, de la mère du Christ, et ne parle jamais de la naissance miraculeuse de Jésus ; il affirme, dans son Épître aux Galates, que « Dieu envoya son Fils, né d’une femme » (et non « d’une vierge »). On peut supposer que, si Paul avait disposé de cet argument, il ne l’aurait pas laissé passer ! Quant à Jésus lui-même, il n’évoque jamais sa propre naissance.

L’épisode au cours duquel Jésus, vers l’âge de douze ans, s’attarde au temple de Jérusalem et se trouve ainsi oublié par ses parents, semble d’ailleurs contredire l’histoire des deux anges : si Joseph et Marie avait eu connaissance, par ces envoyés divins, que Jésus était le fils de Dieu, se seraient-ils angoissés de son absence, et surtout étonnés de la réponse qu’il leur fit lorsqu’ils le retrouvèrent : « Ne savez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? », réponse à laquelle, selon Luc, ils ne comprirent rien ?

Cependant, selon Celse, un païen lettré vivant à Rome et qui écrivit en 178 un Discours vrai contre les chrétiens, Jésus est le fruit d’un adultère que Marie commit avec un légionnaire romain nommé Panthera, et elle fut chassée par son mari, ragot déplaisant répandu dès le Ier siècle !

Il devint peu à peu courant, parmi les chrétiens, d’affirmer que Marie avait conçu Jésus en restant vierge – avec d’autant moins de réticence que beaucoup de religions comportent de tels épisodes où un héros, parfois un dieu, est né d’une vierge : rien qu’en Grèce, Héraklès et Dyonisos relèvent de ce cas, de même que Persée, né de la vierge Danaé fécondée par Zeus, qui lui apparut sous la forme d’une pluie d’or. Le culte de Zoroastre et celui d’Ishtar comportent aussi ce type de légende. En Orient, Mithra, dieu d’une religion locale, naît, lui, d’une pierre ! C’est d’ailleurs en référence à cette religion, fêtée au solstice d’hiver, que le pape Libère fixa au 25 décembre la date officielle de la naissance de Jésus, alors que certains indices mentionnés dans la Bible laissent plutôt entendre qu’il ne peut pas être né en cette saison (les troupeaux paissant dehors, en pleine nuit... en hiver !).

Quoi qu’il en soit, on considérait, au début, que Marie avait cessé d’être vierge en accouchant. L’Église remédia à cette « lacune » en s’appuyant sur un évangile apocryphe, le Protévangile de Jacques déjà cité, qui racontait que Marie était demeurée vierge même après l’accouchement : ce texte n’avait pas encore été rejeté parmi les apocryphes. Cependant, en 325, lors du Concile de Nicée, cette hypothèse n’est toujours pas officialisée, puisque saint Athanase (296-373) dit simplement que Jésus « est descendu des cieux, s’est incarné et fait homme ». C’est seulement en 381 que le Concile de Constantinople proclame que Jésus « s’est incarné par le Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie ».

C’est en 382 que saint Jérôme « supprime » les frères et les sœurs de Jésus pour en faire des cousins, afin de conforter l’idée que Marie était restée vierge. Idée confirmée au Concile du Latran, au milieu du VIIe siècle, avec l’expression « Marie toujours vierge », qui apparaît pour la première fois officiellement.

Quasi-déesse

En 431, le Concile d’Éphèse proclame Marie « mère de Dieu » et condamne Nestorius qui niait cette thèse.

À partir du VIIe siècle, on soutint que Marie n’avait jamais commis aucun péché personnel ; mais elle conservait la tache du péché originel, conséquence de la désobéissance d’Ève. L’idée de l’en exempter date de 1140, où les chanoines de Lyon instaurèrent une fête en l’honneur de « l’Immaculée Conception de la Vierge » ; ce qui déclencha une controverse, laquelle dura sept siècles. Adversaire, notamment, de cette théorie : saint Thomas d’Aquin (1127-1274).

Le Concile de Bâle (1431-1449) soutient la théorie, mais il est déclaré « schismatique », c’est-à-dire que ses décisions ne sont pas valables. Le pape Sixte IV (1471-1484) interdit au clergé d’en débattre, sans succès. Le dogme de l’Immaculée Conception de Marie ne fut promulgué qu’en 1854, par le pape Pie IX, après les « apparitions » de la Salette (1486) et avant celles de Lourdes (1858). C’était la première fois qu’un pape proclamait un dogme sans avoir réuni un Concile. Il ne réunit Vatican-I qu’en 1870, pour faire proclamer l’infaillibilité du pape en matière de dogme, évitant ainsi toute discussion pour l’avenir.

Restait à proclamer l’Assomption du corps de Marie (l’Assomption de son âme est admise depuis le IIIe siècle). Ce fut l’œuvre du pape Pie XII, le 1er novembre 1950 : il avait reçu en tête à tête, et durant seulement six minutes, un très jeune enfant français, le petit Paul (que lui amena le cardinal Montini, futur Paul VI), et qui, sans doute dûment chapitré dès l’âge de quatre ans par un père qui n’avait pas réussi à devenir prêtre et qui s’était fait l’ordonnateur des « apparitions » dont l’enfant aurait bénéficié, prétendait lui apporter un message de Marie !

Marie était alors pratiquement divinisée !

Conclusion

Le 10 juillet 1996, le pape Jean Paul II rejetait fermement l’avis de certains théologiens qui avaient récemment présenté la virginité de Marie comme un symbole ou une forme de doctrine théologique, et non comme un fait ; il affirmait que « les Évangiles montrent que la foi en la conception virginale de Jésus était solidement enracinée dans les différents milieux de l’Église primitive », ce qui est loin de constituer une preuve. Et, le 28 août de la même année, il réaffirmait que Marie était restée vierge toute sa vie, « avant, pendant et après la naissance » de Jésus, et que celui-ci n’avait eu ni frères ni sœurs.

Références : L’imposture de Fatima, de Gérard de Sède ; L’homme qui devint dieu, de Gerald Messadié ; Jésus, par Jacques Duquesne ; Qu’a-t-on fait du petit Paul ?, par Marie Rouanet , « Le Canard Enchaîné » n° 3951 du 17 juillet 1996 ; les divers travaux télévisuels et littéraires de Prieur et Mordillat.
Logo avis sur tout

Sites associés : Kinopoivre (critiques de films)Yves-André Samère blogue et déblogue

Dernière mise à jour de cette page le lundi 3 avril 2017.