JPM a un avis sur tout – Georgina Dufoix et la ciclosporine

Georgina Dufoix et la ciclosporine

Ce qu’est la ciclosporine

Évènement majeur dans l’histoire des médicaments, la découverte de la ciclosporine-A (parfois orthographiée « cyclosporine ») est due à un ingénieur de la firme suisse Sandoz, qui, en 1969, ramena de ses vacances en Norvège une souche de champignons microscopiques, Fungi imperfecti. Mis en culture dans les laboratoires de Bâle, l’un de ces champignons, Tolypocladium inflatum, produisit une molécule, baptisée « ciclosporine-A », ou « CsA », à laquelle Sandoz, d’abord, ne s’intéressa pas, jusqu’à ce qu’en 1972, Jean-François Borel, immunologiste de la firme, découvre son effet immunosuppresseur très puissant.

Son intérêt : mise en présence de lymphocytes « T » (ces globules blancs responsables de la défense de l’organisme, et qui détruisent tout élément vivant étranger), elle empêche, tant qu’elle est présente, leur activité. Par conséquent, on va pouvoir pratiquer des greffes d’organes beaucoup plus facilement, avec un risque de rejet désormais très réduit.

En effet, dès que la CsA est disponible, en 1979, son succès est confirmé, et se poursuit jusqu’en 1983, notamment dans la greffe du cœur, où les rejets disparaissent. Quant aux greffes du foie, du poumon, du pancréas, qui avaient été abandonnées, elles reprennent.

Alors, médicament miracle ? Hélas non.

D’abord, parce que la CsA est alors le médicament le plus coûteux du monde : sa production, résultant d’un élevage bactérien à faible rendement, est très difficile. Rare, donc chère. Quant au malade, il devra y avoir recours toute sa vie, car un arrêt du traitement entraîne automatiquement un rejet de sa greffe.

Mais il y a pire, la CsA présente de graves inconvénients pour les malades : elle affecte durement les fonctions rénales ; elle crée des risques de cancérisation ; elle provoque parfois de l’hirsutisme (foisonnement du système pileux, même chez la femme), des troubles abdominaux, de l’hypertension artérielle, des maux de tête, de l’impuissance sexuelle, des cécités, des troubles auditifs, et des modifications biologiques parfois graves. En outre, elle est difficile à utiliser, car les doses à appliquer varient avec chaque malade, et ne peuvent être déterminées au préalable : on travaille un peu au hasard.

Devant ce dilemme, les autorités françaises décident que la distribution de la CsA se fera selon un mode unique au monde : dès septembre 1984, seuls y auront accès les trente-cinq services de transplantation d’organes français, ainsi que quelques rares spécialistes français de transplantation d’organes, notamment diabétologues. Non vendue en pharmacie, la CsA n’est remise, au médecin agréé qui en fait la demande, que sur dossier détaillé et nominatif – c’est-à-dire mentionnant le nom du médecin, mais aussi celui du malade –, dossier vérifié par la Pharmacie Centrale des Hôpitaux, qui s’assure, notamment, qu’on n’a pas présenté un dossier au nom d’un malade décédé afin de se constituer un « stock » clandestin et illicite du précieux médicament. La candidature à l’obtention de la CsA est ainsi l’un des « examens » les plus sévères de France.

Les laboratoires Sandoz se plient d’autant plus volontiers à ce protocole, pourtant très restrictif, qu’ils assurent avec difficulté la demande très abondante, et que leur médicament, déjà très prestigieux auprès du corps médical, bénéficie ainsi d’une formidable publicité. Par ailleurs, seule la France a de telles exigences, et les débouchés commerciaux ne manquent pas à l’étranger, notamment aux États-Unis.

Une expérience étrange

Il faut avouer que, compte tenu de l’action inhibitrice de la CsA sur les lymphocytes « T », c’est une idée plutôt folle que de vouloir, avec de la CsA, traiter une maladie comme le sida, qui détruit précisément les mêmes lymphocytes. Cette idée germe pourtant, en octobre 1985, dans le cerveau de trois médecins de l’hôpital Laennec, à Paris, les professeurs Philippe Even, pneumologue, et Jean-Marie Andrieu, cancérologue, et le docteur Alain Venet, immunologiste. Ils s’appuient sur une thèse de doctorat, non encore publiée (elle ne le sera qu’en novembre 1985), de David Klatzmann, qui fait partie de l’équipe de recherche du professeur J.C. Gluckmann, immunologiste à la Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière, et sidologue ; étude émettant l’hypothèse que la CsA pourrait être utile à l’étude des mécanismes du sida in vitro (c’est-à-dire en laboratoire, et non sur des malades), et in vitro seulement !

Malgré cela, et sans la moindre autorisation, sans même prendre l’avis du Comité National d’Éthique présidé par le professeur Jean Bernard, ces trois médecins expérimentent la CsA sur deux malades du sida.

Mieux encore : le 29 octobre 1985, ils convoquent une conférence de presse (improvisée en moins de vingt-quatre heures sous prétexte de « devancer les Américains ») pour annoncer leurs travaux, qui pourtant n’ont encore donné aucun résultat, pour la bonne raison que l’un des deux malades n’est « traité » que depuis une semaine à peine !

Le scandale

Cette étrange conférence de presse est organisée là où jamais un tel événement n’a eu lieu : dans les propres locaux du ministère des Affaires Sociales, qui exerce la tutelle sur la Santé, et dont le ministre est Georgina Dufoix, mitterrandienne inconditionnelle entre toutes et qui doit son maroquin à cette « qualité » uniquement. Avec une légèreté sans précédent chez un ministre occupant ce poste, cette dernière a accepté de prêter son autorité, ses locaux, ses services de presse... et sa caution morale de ministre à une entreprise de « communication » qui va sombrer dans le ridicule et le tragique. Cette mise en scène, du reste, n’est pas du tout appréciée par les chercheurs français, qui remarquent que leurs collègues se sont précipités dans l’aventure des essais sur des êtres humains sans aucune garantie pour leurs malades.

Effectivement, les deux malades « soignés » à l’hôpital Laennec mourront dans les jours qui suivent. Un troisième sidéen, traité, lui, à Grenoble, mourra également. On a, en outre, « soigné » de la même façon trois patients atteints de pré-sida, c’est-à-dire portant des signes d’affections annonçant d’ordinaire le sida... mais qui n’étaient pas sidéens ; au risque de leur infliger, par exemple, une grave insuffisance rénale due à la CsA.

Enfin, les trois apprentis-sorciers de Laennec n’étant nullement sur la liste des médecins autorisés à se procurer de la ciclosporine, reste la question de savoir comment ils se la sont procurée : en fraude, auprès de Sandoz ? C’est douteux, les dirigeants de Sandoz ne sont pas stupides, et, comme on l’a dit, ils ne suffisent pas à fournir toutes les demandes licites. En contrebande, à l’étranger ? En l’achetant clandestinement à un confrère agréé, et donc complice ? Dans tous les cas, ils ont violé la loi, et auraient dû être interdits d’exercice de la médecine.

Au lieu de cela, ils ont été cautionnés par leur ministre de tutelle ! Celle-ci s’est donc prêtée, contre toutes les règles et tous les usages de son ministère, à une opération publicitaire en faveur d’une expérience illicite, expérience sans autre résultat qu’un échec total et une double mort d’homme.

Ce comportement, qui a fait scandale dans les milieux médicaux et scientifiques, n’a ému ni le public ni le gouvernement, et Georgina Dufoix n’a pas été sanctionnée.

Il faut noter enfin que Georgina Dufoix n’en était pas à son coup d’essai sur le chapitre de la légèreté : les évènements constitutifs du scandale du sang contaminé par le virus du sida avaient déjà eu lieu. Mais ils étaient encore ignorés de l’opinion publique.

Référence : « Science et Vie » n° 820, janvier 1986.
Logo avis sur tout

Sites associés : Didier Porte, humoristeKinopoivre (critiques de films)Dessins politiques de GiemsiYves-André Samère blogue et déblogue

Dernière mise à jour de cette page le vendredi 19 juin 2009.