Vie et opinions de JPM, agitateur inculte - Chez « Friends ’ - Feuilleton

JB-000 : Blind Test

Accueil Chez les Friends Le Tribunal des Flagrants Délires Un avis sur tout Rien à cirer Dossiers

 

Résumé des chapitres précédents

Dans le train rapide qui l’emportait à plus de cent quarante kilomètres à l’heure vers Paris, notre héros était persuadé qu’il ne tarderait guère, sans doute, à revenir vers Sainte-Foy-la-Grande, où l’attendrait, fidèle comme Pénélope, la douce Natacha. Ne l’avait-elle pas promis ? Il était loin de se douter qu’un sort aussi funeste que contraire sèmerait à plaisir de multiples obstacles sur sa route ô combien encombrée de héros feuilletonnesque !

CHAPITRE MDCCCXCIV

Agent trouble

Casablanca. Un an avait passé.

Eh oui ! Le temps, inexorable, indifférent au sort des humains, ne cesse jamais de s’écouler : c’est la loi. Dura lex, sed lex.

Mais il semblait qu’il s’écoulât sans affecter notre héros outre mesure : privilège des élus du Destin. Notre ami n’avait rien perdu de sa vitalité, bien qu’il n’eût pas, à l’instar de Faust, vendu son âme au diable : ses forces viriles restaient intactes, et provoquaient toujours l’admiration fervente de celles qui avaient le bonheur insigne de l’approcher ; ses facultés intellectuelles, sans cesse accrues, culminaient à une altitude si prodigieuse qu’on ne pouvait guère les comparer, Dieu était-ce possible ? qu’à celles de monsieur Lionel Jospin.

Et cependant...

Cependant, à mesure qu’approchait l’été, un subtil observateur aurait pu constater qu’une ombre s’était peu à peu installée sur le front noble et pur de notre personnage. Ce front hugolien abritait en effet une tempête sous un crâne.

« Abriter une tempête ? », penserez-vous : l’expression est hardie. Certes. Mais le héros de notre récit ne l’est-il pas lui-même ? À destin extraordinaire, langage hors du commun !

Donc, un tourment assaillait, que dis-je, accablait celui dont vous lisez ici avidement les aventures.

Un tourment ! sursautez-vous. Comment cela se peut-il ? Notre homme n’a-t-il donc pas tout pour être heureux ? Jeune, beau, brillant, riche, vivant fastueusement dans une somptueuse villa entretenue par une nombreuse domesticité à lui dévouée corps et âme, recherché par la meilleure société casablancaise, ô combien raffinée, admiré des plus grands esprits des cinq continents, adulé par les femmes les plus élégantes, regardé par ses chefs comme l’un des meilleurs éléments, mais non, comme LE meilleur élément des Services, que lui manquait-il donc ? »

C’est ce que vous apprendrez probablement en lisant notre prochain épisode, lequel, nous l’espérons, ne vous décevra pas.

En attendant, couvrez-vous bien, car les nuits sont fraîches.

(À suivre)