Vie et opinions de JPM, agitateur inculte - Chez « Friends ’ - Feuilleton

JB-000 : Blind Test

Accueil Chez les Friends Le Tribunal des Flagrants Délires Un avis sur tout Rien à cirer Dossiers

 

Résumé des chapitres précédents

Alors que le héros de cette bouleversante histoire s’apprêtait à goûter des vacances bien méritées, une nouvelle mission lui est confiée par ses chefs. Râleur, mais bon citoyen, JB s’incline, non sans se demander s’il pourra revoir cette année la douce Natacha.

CHAPITRE MDCCCXCVI

Maudits soient les oignons !

Crissant de ses quatre pneus lisses, le taxi freina et vint stopper pile devant le numéro 93 de la rue de Ménilmontant. À ce moment précis, JB sortait de sa villa. Il s’engouffra dans le tombeau roulant et jeta au kamikaze : « Cocher, à l’aéroport, et promptement ! ». Puis il se signa, adressa à la douce Natacha une pensée qui pouvait être la dernière, et se remit entre les mains de la Providence.

Une demi-heure plus tard, il débarquait à l’aéroport Mohammed-V, après seulement deux ou trois menus accrochages qui n’avaient coûté à l’antique R8 que la portière avant-droite, un phare et la lunette arrière, et n’avaient fait qu’un âne en guise de victime. Allons ! La journée ne s’annonçait pas trop mal.

Après avoir réglé à l’échappé de Berrechid (où se trouve l’asile d’aliénés casablancais) la moitié de la somme que celui-ci réclamait pour prix de la course, et qui allait lui permettre de chômer durant les trois semaines à venir, JB gagna le comptoir d’enregistrement des bagages.

*

À 14 heures, le Discorde de la compagnie KLM atterrit, non pas sur le toit d’un hôtel, mais à Schipol, aéroport amstellodamois. À 14 heures 15, JB recevait les clés et la carte grise de la voiture de louage à l’agence de location de l’aéroport. À 14 heures 40, il se garait devant le luxueux Park-Hôtel, renait possession de sa chambre, se douchait, changeait de complet. À 15 heures, il passait un coup de téléphone. Cinq minutes plus tard, il partait à pied en direction du marché aux fleurs de Singel. À 15 heures 30, il achetait un sachet d’oignons de tulipes, qu’il glissait dans la poche de son imperméable.

Dix minutes plus tard, il abandonnait sur la table du bar la chope de bière qu’il avait commandée, et se rendait aux lavabos. Il s’enferma, tira le sachet de sa poche et l’ouvrit. Un travail désagréable l’attendait : il entreprit de décortiquer son contenu.

Quinze oignons plus tard, pleurant toutes les larmes de son corps, il trouva ce qu’il cherchait : un mince rectangle de papier pelure, roulé en boule, qu’il défripa, lut, et jeta dans la cuvette, avec les restes des oignons. Le message consistait en une seule phrase : « Ce soir, 22 heures 45, au 173 Oudezijds Voorburwal, un journal français à la main ».

JB tira la chasse et sortit. Personne ne prit garde à son visage larmoyant.

*

Mais, pendant que ces événements se déroulaient, que devenait donc la douce Natacha ?

Vous vous en doutez, lecteur, la belle enfant languissait. Le télégramme de JB lui annonçant le fâcheux contretemps l’avait plongée dans la mélancolie. Fidèle comme Lassie, sachant à présent que l’élu de son cœur ne viendrait pas, elle n’en passait pas moins ses journées et une partie de ses nuits à guetter l’arrivée de JB, depuis la fenêtre de la chambre virginale qui abritait sa tendre jeunesse, dans l’aile ouest du manoir historique, possession de son aristocratique famille.

Que tout cela est digne d’admiration !

*

À 22 heures 45, JB se trouvait devant le numéro 173 de l’Oudezijds Voorburwal. Mais la surprise le fit un instant hésiter : se serait-il trompé de numéro, ou de rue ? Mais non, c’était bien là !

Le 173 était une sex-shop.

*

Allons bon ! Décidément, la profession de notre héros est pleine d’aléas !

Qu’est-ce donc que JB va découvrir – et nous avec lui – dans un tel lieu de perdition ? C’est très probablement ce que nous apprendra le prochain épisode, lequel ne manquera pas de vous instruire.

En attendant, ne poussez pas trop le chauffage, car l’énergie n’est pas donnée.

(À suivre)