Vie et opinions de JPM, agitateur inculte - Chez « Friends ’ - Feuilleton

JB-000 : Blind Test

Accueil Chez les Friends Le Tribunal des Flagrants Délires Un avis sur tout Rien à cirer Dossiers

 

Résumé des chapitres précédents

Alors qu’il goûtait un repos bien gagné, notre héros est dérangé par le facteur. Est-ce là le début de nouvelles et palpitantes aventures ? Sans doute, car enfin, dans le cas contraire, aurions-nous mentionné un événement aussi mince ? Et, du reste, peut-il exister dans la vie d’un héros de feuilleton des événements sans importance ? Tout n’est-il pas grand chez les Grands ? Ah ! Quelle belle dissertation nous pourrions écrire sur ce sujet, si l’action ne nous pressait pas ! (Et d’autre part, il ne vous a pas échappé, lecteurs aimés, que notre précédent chapitre était numéroté MDCCCXCX, ce qui est absurde. Cette petite erreur, volontaire, était, n’en doutez pas, destinée à vérifier si votre attention ne se relâchait pas. C’est du moins le genre d’explication a posteriori que les honorables membres de l’enseignement ont coutume de resservir à leurs élèves depuis pas mal de générations, chaque fois qu’ils se trompent en leur présence. Fin de notre clin d’œil complice au lecteur.)

CHAPITRE MDCCCCI

Full metal socket

Ayant apposé son élégante signature sur le récépissé du recommandé que lui tendait à cette fin le diligent employé des Postes, JB, quelque peu perplexe, gagna de sa démarche féline le salon d’apparat pour y décacheter le pli en toute quiétude, et si avec un style pareil je ne décroche pas le prochain Prix Goncourt, je n’ai plus qu’à me recycler dans la vente des esquimauds Gervais au Groenland. (Et en plus, il y a une faute au mot esquimauds)

D’une main nonchalante, JB ouvrit l’enveloppe, en retira un feuillet au format 210 sur 297, et s’assit sur un divan pour en prendre connaissance.

Fort heureusement, il s’était assis.

Sans quoi, il se fût écroulé à terre.

La lettre émanait des Services et lui apprenait, sans luxe de précautions, que son contrat, qui prenait fin dans les mois à venir, ne serait pas renouvelé. « Compression de personnel », tel était le motif officiel.

Mais ce motif qu’on invoquait était-il le bon ? La réorganisation des Services, si réorganisation il y avait, aurait-elle vraiment dû lui être fatale, après de si longues années de dévouement ?

Que tout cela paraissait fallacieux ! Pas une seconde JB ne fut dupe : on lui faisait tout simplement connaître qu’il avait cessé de plaire. Ses ennemis, nombreux et puissants, avaient donc fini par avoir sa peau ! Dissimulés dans l’ombre, ourdissant en silence leurs noirs complots, ils avaient enfin réussi là où les espions du monde entier avaient échoué. Ils étaient parvenus à circonvenir le Vieux ! Quels efforts ils avaient dû déployer auprès de celui-ci, pour parvenir à le convaincre de se défaire d’un élément aussi doué que notre héros !

Car enfin, vous le savez, bien-aimés lecteurs, vous qui êtes plus futés que la moyenne, vous dont l’esprit est plus rapide que l’éclair, plus aiguisé que le fil d’une double lame Gillette (la première lame coupe le poil sans arracher la peau, la seconde lame coupe la peau sans arracher le poil), plus fin et plus souple qu’un cheveu traité avec L’Oréal parce que vous le valez bien, vous le savez, disais-je, que nous, JB, modeste comme nous le sommes, nous n’apprécions guère de faire notre propre apologie ; mais le premier venu vous dira que l’agent 000, magnifique athlète auquel seul le général Bigeard peut être comparé, possède en outre l’intelligence d’Ophélie Winter, la loyauté de Nicolas Sarkozy, le courage de Joey Starr, le franc-parler de Claire Chazal, l’immense culture de Xavière Tiberi, la forte personnalité d’Édouard Balladur, la patience de Philippe Séguin, la générosité de Valéry Giscard d’Estaing, les bonnes manières de Jean-Marie Bigard et la tolérance de Bruno Mégret.

Et comme le premier venu vous le dira, cela m’épargne la peine de le dire moi-même.

C’est bien pourquoi il apparaissait que vouloir se priver des services d’un tel parangon de toutes les vertus constituait une véritable folie !

Que va faire notre héros dans ces pénibles circonstances ? Se révoltera-t-il ? Renoncera-t-il ?

C’est ce que vous saurez en lisant notre prochain épisode, qui vous ménagera une surprise de taille.

En attendant, dormez la fenêtre ouverte, car ce sera plus hygiénique.

(À suivre)